Maladies
18 December 2016 ( 637 views )
Advertisements

Comment prévenir le cancer du sein grâce à cet ingrédient puissant ?

Le cancer du sein peut toucher les hommes comme les femmes, et selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 520 000 femmes en meurent chaque année. Le dépistage est essentiel, et il faut savoir qu’il existe des astuces naturelles qui peuvent vous aider à rester en bonne santé. Voici un ingrédient efficace pour prévenir le cancer du sein.

Comment les graines de lin peuvent vous aider à prévenir le cancer du sein ?

Les graines de lin sont riches en fibres et connues pour leurs propriétés laxatives. Elles sont également riches en acide alpha-linolénique (AAL), un composé qui fait partie des acides gras oméga-3 et qui permet un bon fonctionnement du cœur. Ces graines sont très prisées pour leur capacité à traiter et prévenir des troubles comme :

• L’hypertension

• La constipation chronique

• Soulager les symptômes de la ménopause

• Soulager le syndrome de l’intestin irritable

• Prévenir l’athérosclérose

• Prévenir le cancer du sein

Les graines de lin sont riches en lignans, des phyto-œstrogènes qui aideraient prévenir la prolifération des cellules cancéreuses au niveau des seins. Les phyto-œstrogènes sont des molécules d’origine végétale qui possèdent un effet inhibiteur sur le métabolisme des œstrogènes.

Lorsque ces dernières se retrouvent en grande quantité dans le sang, elles stimulent la croissance des glandes mammaires qui augmentent les risques de cancer du sein. Par conséquent, les lignans régulent leur production afin de réduire les risques de cancer.

Outre les graines de lin, il existe d’autres aliments riches en lignans comme le sésame, le thé vert et les grains entiers.

Une étude clinique effectuée en 2005 a prouvé qu’il existait un lien entre les graines de lins et leur capacité à prévenir les risques de cancer du sein. Les chercheurs ont étudié le cas de femmes post-ménopausées et diagnostiquées avec un cancer du sein.

Chaque jour, un groupe consommait un muffin qui contenait 25 grammes de graines de lin tandis que le deuxième était un muffin placebo et ne contenait pas de graines de lin. Les patientes devaient consommer ces muffins jusqu’au jour de l’opération pour se faire retirer la masse cancéreuse. Les chercheurs ont ensuite analysé les masses cancéreuses, ils en ont conclu que pour le groupe qui consommait des graines de lin, les cellules cancéreuses étaient moins actives et mourraient davantage.

En outre, des chercheurs de l’Université de Toronto ont également étudié l’effet des graines de lin sur l’organisme. Dans la majorité des études, les animaux dont cet ingrédient constituait 2,5% de leur régime alimentaire quotidien ont connu un risque de développement de cellules cancéreuses moins important. Ils ont également noté que les lignans réduisaient les risques de cancer du sein de 33%.

Les graines de lins sont également riches en antioxydants. Ces derniers neutralisent les radicaux libres qui s’attaquent aux cellules saines du corps et favorisent l’apparition des maladies. Cet ingrédient est également efficace pour soulager les bouffées de chaleur.En effet, une étude effectuée au Centre hospitalier universitaire de Québec a étudié le cas de 199 femmes ménopausées.

Ils ont divisé les patientes en deux groupes, le premier consommait 40g de graines de lin chaque jour tandis que le deuxième consommait un placebo. Les chercheurs ont découvert que les graines de lin jouaient un rôle important dans la réduction du taux de cholestérol, et diminuaient les bouffées de chaleur de 30%.

Par conséquent, il est conseillé de consommer en 1 à 2 cuillères à café de graines de lin par jour, sauf en cas d’occlusion intestinale ou de diverticulose (affection du côlon).

Recommended Videos

Advertisements

You may also like

Ebola : un vaccin efficace à court terme contre l'une des souches du virus Cette boisson est le plus puissant antibiotique et anti-cancer naturel De graves problèmes de santé peuvent être signalés par vos ongles Toutes les femmes l’utilisent, alors qu’il double le risque de cancer des ovaires