Maladies
26 December 2016 ( 40 views )
Advertisements

Ebola : un vaccin efficace à court terme contre l'une des souches du virus

Sur près de 6.000 Guinéens bénéficiaires d’un vaccin canadien contre l’une des souches du virus Ebola, "aucun cas" n’a été recensé, "contre 23 cas dans un groupe témoin non vacciné", annonce aujourd’hui l’OMS. Ces données suggèrent une forte efficacité du vaccin. Toutefois le maintien de l’immunité sur le moyen terme n’a pas été évalué.


L’Organisation mondiale de la santé ne cache pas son optimisme après la publication des résultats d’essais sur le vaccin rVSV-ZEBOV, contre l’une des souches d’Ebola [1], réalisés en Guinée l’an dernier [2] avec le ministère de ce pays et des partenaires internationaux.

Parmi les quelque 6.000 personnes qui ont reçu ce vaccin, aucun n’a contracté la maladie, contre 23 cas dans le groupe des non vaccinées, selon les résultats de l'essai publiés ce 23 décembre dans The Lancet. L'expérimentation a été réalisée selon une méthode dite de vaccination en anneaux – c'est-à-dire de cercles ou groupes de gens en contact avec un malade, d'abord des proches, puis des sujets qui ont été contacts avec eux et ainsi de suite [3].

Dans le groupe de personne suivi, le vaccin rVSV-ZEBOV a présenté une efficacité de 100%au cours des 10 jours suivant son administration par l'injection intramusculaire d'une dose chez une personne non infectée mais en contact avec des malades. Après analyse statistique des données, les chercheurs estiment qu’au plus fort d’une phase épidémique, le rVSV-ZEBOV serait efficace "à plus de 80%", cette estimation étant elle même sûre "à 90%".

Plusieurs inconnues demeurent

"Avec [ce vaccin], la protection intervient très tôt après la vaccination, mais nous ne savons pas si la protection durera encore six mois après", a relevé le Dr Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale à l'OMS.

Initialement exclus de l'essai, les enfants de plus de 6 ans en ont ensuite bénéficiés. Mais la sécurité du vaccin pour les femmes enceintes et les plus petits reste encore à évaluer.

Deux effets indésirables "graves" ont été liés à la vaccination (une réaction fébrile et une allergique) et un troisième qualifié de possible (syndrome grippal), mais avec une rétablissement dans les trois cas, sans conséquence à long terme.

Plusieurs années avant la mise sur le marché

Des résultats préliminaires allant déjà dans le d'une forte efficacité de ce vaccin étaient parus en 2015.

Le vaccin dont la firme américaine Merck a acquis les droits de commercialisation pourrait être enregistré en 2018, après soumission du dossier aux autorités américaines (FDA) et européennes (EMA). Le processus d'approbation standard est habituellement d'une décennie, voire plus, a rappelé le Dr Marie-Paule Kieny. Mais "s'il y avait un cas d'Ebola et une nouvelle épidémie, nous sommes maintenant prêts à y répondre", a-t-elle commenté.

En cas de flambée d'Ebola, avant la commercialisation du vaccin, 300.000 doses d'urgence, grâce à un accord entre l'Alliance pour les Vaccins-GAVI et Merck, pourraient être livrées, et le nombre de doses pourrait atteindre assez rapidement le million.

"Après la fin de l'essai, il y a eu quelques cas d’Ebola en Guinée, ainsi qu'en Sierra Leone, et l'équipe a utilisé la même stratégie : la vaccination des contacts de contacts, avec l'autorisation de la FDA […] de recourir au vaccin en dehors d'un essai clinique", a noté Mme Kieny.

Des vaccins contre les autres souches d’Ebola restent à développer

C'est le premier vaccin anti-Ebola démontrant une telle efficacité sur le terrain, mais d'autres vaccins sont nécessaires, notamment pour les soignants en s'assurant qu'ils offriront une protection de longue durée. Plusieurs sont en développement. Un vaccin est également en cours de développement contre la souche Soudan, une autre que celle dite Zaïre qui sévissait en Afrique de l'Ouest.

Au total, six souches d’ebolavirus sont aujourd’hui identifiées.

avec AFP

Étude : Efficacy and effectiveness of an rVSV-vectored vaccine in preventing Ebola virus disease: final results from the Guinea ring vaccination, open-label, cluster-randomised trial (Ebola Ça Suffit!). A.M. Henao-Restrepo et al. The Lancet, 22 décembre 2013. doi:10.1016/S0140-6736(16)32621-6


[1] Souche dite "Zaïre".

[2] L'essai a été conduit dans la région côtière de Basse Guinée, qui enregistrait encore des cas d'Ebola quand il a commencé en 2015.

[3] C’est la stratégie historiquement employée pour éradiquer la variole.

Recommended Videos

Advertisements

You may also like

Ces graines peuvent détruire les cellules cancéreuses ! 10 douleurs mystérieuses qu’il ne faut jamais ignorer Voici ce qui arrive quand vous ne changez pas vos sous-vêtements chaque jour Nettoyez vos artères obstruées et éliminez le mauvais cholestérol avec ce remède naturel